Le cratère du Ngorongoro

Publié le par flo-et-calou

Départ pour le cratère du Ngorongoro. Ce cratère, en fait une caldeira, nichée à 600 m plus bas, est étonnamment verdoyante. Elle fait 20 km de long. 

En chemin, nous rencontrons de jeunes Maissaïs. Vers 14 ans, les garçons sont éloignés de la tribu durant environ 1 an. C'est le temps de leur initiation à devenir un homme. Ils sont circoncis et viennent dans la forêt. Ils n'ont pas le droit d'approcher les femmes et enfants de leur tribu. Ils se peignent le visage de dessins blancs.

Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro

Nous rencontrons là un rhinocéros. 4 sur 5 pour notre Big Five. Il est un peu loin. Nous patientons et il se rapproche. Il commence à courir, c'est impressionnant.

Un couple de lions se prélasse et nous restons encore les regarder avec bonheur.

Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro

Plus loin, ce sont des buffles, des phacochères, des gazelles, des zèbres, des oiseaux et d'autres encore.

Pour le déjeuner, Hussein nous cuisine de délicieuses spaghettis au fromage avec de la tomate et des petits légumes. Plein de petits oiseaux viennent près de nous dont un petit jaune très intrépide. Nous leur donnons quelques spaghettis mais Mtabasi s'empresse de nous dire que ce sont des animaux sauvages et que nous ne devons rien leur donner. Nous guettons le ciel car des aigles tournent autour de nous.

Devant nous, un petit lac d'eau douce où se prélasse des hippopotames. Ils restent dans l'eau la journée et sortent la nuit.

Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du NgorongoroLe cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro

A la sortie du parc, une nuée de singes nous attendent.

Le cratère du NgorongoroLe cratère du Ngorongoro
Le cratère du Ngorongoro

Publié dans Tanzanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article